Les plages du débarquement de Normandie – France

Arromanches-les-Bains

Tourisme de mémoire sur les plages du débarquement.

Juillet 2023, presque 80 ans après les événements, j’emmène mes deux ados sur les plages du débarquement de Normandie. Pas seulement parce que la Seconde Guerre Mondiale fascine autant qu’elle terrifie. Mais aussi pour qu’ils réalisent l’incommensurable sacrifice de ces hommes morts pour leur liberté d’aujourd’hui. Puisse-t-elle être utilisée à bon escient.

Pour ces cinq jours dédiés aux plages du débarquement, nous nous sommes limités aux plages de Omaha Beach et de Gold Beach, soit de Grandcamp-Maisy à Ver-sur-Mer.

Sur le trajet des visites, on oublie étrangement les affres de la guerre que ces villages ont subis. On traverse des communes plus charmantes les unes que les autres. Parmi elles : Asnelles et sa célèbre biscuiterie, Tracy-sur-Mer, Manvieux et sa minuscule mairie, Commes et son manoir… Leurs rues, souvent très étroites, sont bordées de jolies maisons, d’églises au style bien normand, de superbes fermes-manoirs, de lavoirs… Le tout en pierres ocres, grisées par le temps. Alors que deux voitures peine à se croiser, j’essaie d’imaginer la scène d’un char Sherman M4 déboulant et devant doubler une charrette tirée par des bœufs…

Dans toutes les rues de ces villages sont affichés les portraits des héros morts pour notre liberté. Nombre de maisons arborent des drapeaux américains, britanniques, canadiens, français et normands en remerciement pour ce sacrifice. Sur la route entre deux villages, le paysage est magnifique et paradoxalement apaisant. À gauche le vert des champs de maïs, à droite le jaune des blés suivi du bleu de la mer. J’ai vraiment pris soin d’apprécier les trajets autant que les visites.

Carte du débarquement de Normandie
Carte du débarquement de Normandie

Les lieux sont présentés d’ouest en est.

Sommaire

Quelques info en vrac :

Le 6 juin 1944, les troupes alliées débarquent en Normandie pour libérer l’Europe de l’Allemagne nazi.
De Sainte-Mère-Église à Ouistreham, 156 000 soldats sont envoyés sur 70 km de côtes divisés en cinq plages. Les Américains débarquent à Utah Beach et Omaha Beach. Les Britanniques naviguent vers Gold Beach et avec l’appuis des Français à Sword Beach. Les Canadiens se chargent de Juno Beach. Le débarquement de Normandie n’est que la première étape d’une bataille qui durera encore trois longs mois.

Le débarquement devait initialement avoir lieu le 5 juin 1944 en fonction de deux critères : marée très basse et pleine lune. Une mer démontée en décida autrement et força le report d’une journée de l’opération Overlord.

La jeep est le véhicule emblématique de la seconde guerre mondiale. Produite à plus de 600 000 exemplaires, le surnom de ce cette voiture à tout faire viendrait de la contraction des lettres GP (prononcez dji-pi en anglais) pour General Purpose (usage général). L’étoile blanche peinte sur le véhicule est le symbole de tous les véhicules alliés, afin d’être reconnaissables.

Liens utiles :

Ne partez pas sans votre guide !

Guide du Routard Normandie
Guide du Routard Normandie
Guide du Routard Normandie Médiévale
Guide du Routard Normandie Médiévale
Routard Le Débarquement & la Bataille de Normandie
Routard Le Débarquement & la Bataille de Normandie
Routard Le Havre
Routard Le Havre

Omaha Beach.

De toutes les plages du débarquement de Normandie, Omaha Beach aura été la plus meurtrière. On la surnomme d’ailleurs Bloody Omaha. Les Américains débarqués ici ont connu les pires conditions : bombardements préalables ratés, défenses quasi-intactes, ennemis plus nombreux que prévus, plages truffées de pièges… Comble de la « malchance », la quasi-totalité des chars amphibies ont coulé au fond de Manche… C’est ainsi que la première vague d’assaut a sauvagement été éliminée, laissant un spectacle de désolation et une plage jonchée de cadavres aux vagues suivantes. Elle est la seule plage où l’on envisagea le ré-embarquement ! Face à cette hécatombe, le colonel Taylor lancera sur la plage : « Il n’y a plus que deux genres de soldats sur cette plage ; ceux qui sont morts et ceux qui vont mourir ! Alors, bougeons-nous de là ! »

L’objectif à Omaha est de s’emparer et de tenir une tête de pont de près de huit kilomètres de profondeur entre Port-en-Bessin et la Vire, puis de faire la jonction à l’est avec les Britanniques débarqués à Gold Beach et à l’ouest avec les Américains débarqués à Utah Beach afin d’établir une tête de pont continue sur la côte normande.

Omaha Beach est le symbole de la détermination des soldats américains. C’est certainement pour cette raison que c’est sur les hauteurs de la plage de Colleville-sur-Mer que le cimetière militaire américain fut installé.

Quelques info en vrac :

Omaha Beach s’étend sur 7 km sur les communes de Vierville-sur-Mer, Saint-Laurent-sur-Mer et Colleville-sur-Mer. Par extension et pour son rôle décisif, la Pointe du Hoc est souvent incluse dans cette appellation.

Le débarquement sur Omaha Beach aura été particulièrement meurtrier. Cela lui vaudra le surnom de Bloody Omaha, ou « Omaha la Sanglante »

N’hésitez pas à acheter cette superbe série de BDs historiques dans les offices de tourisme ou boutiques de souvenirs :

Liens utiles :

Booking.com

La batterie de Maisy.

Construite en 1942, la batterie allemande de Maisy couvrait les plages d’Utah Beach et d’Omaha Beach. Il aura fallu 5 heures aux rangers américains pour s’emparer de la batterie de Maisy le 9 juin 1944.

Le site fût oublié pendant 60 ans avant d’être réaménagé. Sur un parcours de 2,5 km, on redécouvre un incroyable ensemble de bunkers, de tranchées, tunnels et 4 plateformes pour des canons de 155 mm. Les bunkers pouvaient accueillir jusque 20 personnes !

A noter que certaines zones sont presque entièrement détruites, comme l’hôpital ou la cantine. Toutefois, la visite dans ce dédale d’épais buissons de mûriers nous a bien plu.

NB : Lors de ré-aménagement du site de la batterie de Maisy, Le corps d’un officier allemand a été retrouvé. Il repose désormais au cimetière militaire allemand de La Cambe. Bien que ses plaques d’identité aient été retrouvées, son nom n’a pas été publié.


Le cimetière militaire allemand de la Cambe.

Au cimetière militaire allemand de La Cambe reposent près de 21 300 soldats.

Il est assez différent des cimetières militaires britanniques que nous avons l’habitude de voir dans le Pas-de-Calais. En effet, au sol une simple petite dalle marque la sépulture d’un ou deux, voire trois soldats tombés. Quelques croix trapues en pierre grise se dressent verticalement par lot de 5, histoire de mettre un peu de relief à cet endroit somme toute assez austère. Au centre du cimetière, un tumulus regroupe 207 soldats inconnus. D’en haut, on aperçoit l’étendue du cimetière et le nombre impressionnant de sépultures.

Le cimetière militaire allemand de La Cambe se visite avec humilité et respect pour ces hommes qui n’avaient certainement pas voulu plus que d’autres faire la guerre.


La pointe du Hoc.

La Pointe du Hoc était un lieu stratégique pour l’armée allemande. En effet, du haut de cette falaise de 35 m s’avançant sur la mer, la batterie dominait l’horizon jusqu’aux plages de Utah Beach et Omaha Beach, compromettant ainsi le débarquement allié. Un bataillon de 210 rangers américains avait pour mission de gravir la falaise, de s’emparer de la position et de détruire les canons…

Le site concédé à perpétuité à l’État américain ne laisse nul doute sur la violence qui y a sévi. Les énormes cratères témoignent du déluge de bombes qui a précédé l’assaut des G.I. L’impressionnante garnison comprenait 6 canons de 155 mm, un bunker antiaérien, un bunker d’observation face à la mer et même un bunker-hôpital. Des bunkers pouvaient accueillir jusque 20 soldats allemands. Des tranchées reliaient les trois bunkers à munitions aux emplacements à canons et aux bunkers abritant les soldats.

Depuis le bunker d’observation, nous contemplons la mer. Le calme des vaguelettes contraste avec le terrain criblé de cratères de bombes auquel nous tournons le dos. En apercevant les plages à droite et à gauche, nous comprenons l’importance de cette position pour les deux parties. Une immense dague de granit est érigée en mémoire au Rangers du 2e Bataillon.

Il s’est avéré que les canons que les Rangers devaient neutraliser avait été déplacés quelques jours avant l’assaut, remplacés par des leurres en bois et cachés dans des buissons en retrait dans les terres. 135 des 210 rangers périrent pendant les combats du 6 au 7 juin 1944.


Colleville-sur-Mer.

Colleville-sur-Mer est certainement, avec Arromanches-les-Bains et Sainte-Mère-Eglise, l’une des villes les plus emblématiques du débarquement de Normandie. C’est sur les plages de Colleville, Vierville et Saint-Laurent que les troupes américaines ont débarqué… et se sont fait massacrer.

C’est ainsi, sur les hauteurs de Colleville-sur-Mer, que le cimetière militaire américain rassemble les tombes de 9387 soldats tombés en Normandie. Les croix blanches s’étalent jusqu’à l’horizon. Il est même assez difficile de réaliser que sous chacune de ces croix, c’est bien un homme mort pour la France qui repose. Lorsque l’on réussit cet exercice de concrétisation, alors c’est l’effroi qui s’empare de nous… Pourtant, la sérénité l’emporte. Le site impose la décence et le silence. Les croix blanches strictement alignées sur une pelouse verte implacablement entretenue font face à la mer et ses reflets bleu-vert. Il n’y avait certainement pas de meilleur endroit pour accueillir le corps de ces héros venus de loin pour défendre la France et l’Europe.
Le centre des visiteurs offre une muséographie intéressante avec les informations essentielles pour bien comprendre le débarquement, notamment sur Omaha Beach.
Le territoire du cimetière est une concession perpétuelle faite par la France aux États-Unis.

Situé à 500 mètres du cimetière militaire américain de Colleville, Overlord Museum – Omaha Beach retrace la bataille de Normandie, depuis le débarquement jusqu’à la libération de Paris. Le tour extérieur du musée donne un avant-goût de la visite en exposant à la vue de tous chars, canons et bunker. Dans le musée, les dioramas sont en taille réelle. Les mannequins sont très réalistes et les scènes foisonnent de détails qui les rendent vivantes. Plus de 40 véhicules, chars et canons majoritairement trouvés en Normandie, nous immergent dans l’Histoire.
C’est une visite captivante à ne pas manquer !


Gold Beach.

Entre Asnelles et Ver-sur-Mer, Gold Beach se divise en 4 secteurs : Item, Jig, King et How. Au soir du 6 juin, les Britanniques ont mis à terre 25 000 hommes sur Gold Beach et contrôlent un quadrilatère d’environ 10 kilomètres sur 10.

Le débarquement sur Gold Beach avait plusieurs objectifs : prendre Bayeux, barrer la route Bayeux-Caen aux chars allemands, et enfin faire la jonction à l’ouest avec les Américains d’Omaha Beach et à l’est avec les Canadiens de Juno Beach.

Bayeux est libérée dès le 7 juin au matin après la désertion de l’armée allemande. Elle sera la première ville continentale libérée.

Les troupes britanniques libèrent Arromanches par la terre le 6 juin au soir. Dès le 14 juin, le spectaculaire port artificiel Mulberry B entre en service !

Les Canadiens libèrent la rive gauche de Caen le 9 juillet, puis sa rive droite le 19 juillet.

Quelques info en vrac :

Gold Beach s’étend d’Asnelles à Ver-sur-Mer. La plage, confiée aux Britanniques, était divisée en quatre secteurs : Item, Jig, King et How. Environ 25 000 hommes y débarquèrent.

En 100 jours, 400 000 soldats, 4 millions de tonnes de matériel et 500 000 véhicules débarquent de « Port Winston« .

N’hésitez pas à acheter cette superbe série de BDs historiques dans les offices de tourisme ou boutiques de souvenirs :

Liens utiles :

Booking.com

La batterie de Longues-sur-Mer.

Entre Arromanches et Port-en-Bessin, la batterie allemande de Longues-sur-Mer est un ouvrage majeur du Mur de l’Atlantique. La batterie se compose de 4 canons de 150 mm sous casemate pouvant tirer jusque 20 km. Un poste de commandement de tirs transmettait les coordonnées des cibles aux artilleurs des 4 casemates. La batterie couvrait la zone allant de la Pointe du Hoc à Courseulles-sur-Mer, mettant ainsi en péril les débarquements sur Omaha et Gold Beach.

Les canons sont d’origine et la batterie est classée Monument Historique.

Depuis le chemin de visite, on a une vue imprenable sur les vestiges du port artificiel d’Arromanches. On comprend alors bien l’intérêt de devoir neutraliser cette batterie côtière.


Arromanches-les-Bains.

Arromanches-les-Bains est de ces petits villages du Calvados devenu un lieu emblématique de la seconde Guerre Mondiale, tout comme Colleville-sur-Mer ou Sainte-Mère-Eglise. Une petite page d’histoire s’impose…

Un peu d’histoire…

Arromanches est libérée par la terre par les troupes Britanniques débarquées plus à l’est dès le soir du 6 juin 1944. Ses quelques 280 habitants voient se construire sur leur petite plage un incroyable port artificiel dès le matin du 7 juin : Mulberry B ! Il entrera en fonction dès le 14 juin !
A l’origine, deux ports furent construits :

  • Mulberry A (A pour American), face à Vierville-sur-Mer sur Omaha Beach pour les Américains ;
  • Mulberry B (B pour British), en face d’Arromanches sur Gold Beach pour les Anglo-Canadiens.

La terrible tempête du 19 au 22 juin détruit Mulberry A et le rend absolument hors d’usage. Il sera démantelé et ses pièces serviront à réparer Mulberry B qui sera alors renommé Port Winston.
En 100 jours, 400 000 soldats, 4 millions de tonnes de matériel et 500 000 véhicules débarquent de Port Winston (source : Normandie Tourisme).
C’est ainsi que ce petit village d’à peine 500 habitants aujourd’hui est célèbre outre Atlantique !

Notre visite.

Nous avons commencé notre journée à Arromanches par la visite du Musée du débarquement. La visite se fait entièrement avec un audio-guide. On y découvre entre autres l’ingéniosité et la complexité du projet hors-norme des ports artificiels Mulberry.

Sur la plage, les vestiges du port artificiel sont les témoins muets du temps qui passe. Ils semblent attendre les visiteurs qui tentent d’imaginer le remue-ménage que ce devait être en 1944 sur cette plage désormais si paisible.

L’office de tourisme distribue le plan d’un petit circuit du patrimoine de la commune. Il nous mène tout d’abord le long de la digue et ses villas balnéaires. Puis on découvre les hauteurs d’Arromanches où se trouve un char Sherman M4. La vue d’ensemble sur la plage est imprenable ! Le circuit nous conduit enfin vers la jolie petite église Saint-Pierre et ses vitraux mettant à l’honneur les troupes américaines et britanniques.

Notre journée s’achève sur les hauteurs d’Arromanches. Au D-Day 75 Garden – ou « Jardin du Souvenir » -, sept statues en rondelles d’acier immortalisent des soldats britanniques débarquant sur Gold Beach. Ces silhouettes grises et transparentes semblent comme des fantômes de soldats. On a une vue panoramique sur la plage d’Arromanches et les vestiges du port artificiel.
Juste à côté, le cinéma circulaire Arromanches 360 retrace sur neuf écrans les 100 jours de la Bataille de Normandie.


Ver-sur-Mer.

C’est à Ver-sur-Mer que nous avons posé nos valises pour ce séjour sur le thème des plages du débarquement de Normandie. Pour bien rester dans le thème, nous avons loué un bunker ! Plutôt bien situé, juste à côté du Mémorial Britannique, le Blockhaus 44 peut recevoir 4 personnes avec aussi un petit roof top avec vue sur mer. De quoi prendre l’apéritif le soir avec une jolie vue sur la mer et un calme olympien après nos excursions de la journée.

Ver-sur-Mer c’est une petite commune toute en longueur, s’étirant de la mer vers les terres. Ce village mérite qu’on lui consacre une balade à pied. Tout au moins pour voir son château, sa vieille église et son cimetière un peu glauque, ses énormes bâtisses ou petites maisons en pierre ocre, si typique de la région.

Comme presque tous les villages de la côte, Ver-sur-Mer a son musée. Ou plutôt ses musées ! L’office de tourisme accueille en son seing un double musée (un peu comme un Malabar bi-goût ! 😉 ).
A l’étage tout d’abord, le musée America relate la folle histoire de la première liaison aéropostale entre les États-Unis et la France. L’avion trimoteur Fokker venu de New York fera un amerrissage forcée devant Ver-sur-Mer le 1er juillet 1927…
Au rez-de-chaussée ensuite, le musée Gold Beach présente l’assaut des Britanniques dans le secteur Gold Beach – King. De nombreuses maquettes et vitrines remplies d’objets personnels illustrent cet épisode.

Le Mémorial Britannique de Normandie rend hommage aux 22442 hommes et femmes sous commandement britannique ayant perdu la vie lors du débarquement et de la Bataille de Normandie. Sa situation en hauteur et face à la mer lui confère une magnifique vue sur la plage où débarquèrent les soldats. Le site est particulièrement photogénique avec ses allées de colonnes face à la mer. Si vous le pouvez, allez y faire un tour au coucher de soleil. Le jeu de lumières dorées à travers les colonnes est splendide.


Connaissez-vous les plages du débarquement de Normandie ? Quels sites avez-vous visités ? Partagez votre expérience et vos découvertes en commentaire !

4 commentaires sur « Les plages du débarquement de Normandie – France »

    1. Visiting Normandy landing beaches is moving, of course. But I didn’t really feel sadness actually. I rather felt Hope.
      I also felt gratitude. I was impressed by the bravoure of all those soldiers fighting for the Liberty of the whole world.
      And I thought to myself « wow ! Would I be that brave? » I hope I will never know…

  1. Un grand merci pour la précieuse et si bien documentée visite de cette région et de l’histoire du Débarquement.

    1. Merci pour votre visite ! Je suis fan d’histoire, même si je n’y connais pas grand chose. La seconde guerre mondiale est une période fascinante. Terrifiante évidemment, mais fascinante. Le Débarquement de Normandie marque le tournant de cette période sombre. Il y aurait tant à dire ! Et encore, nous n’avons visité que 2 plages sur les 5 ! Nous irons visiter ces autres plages un jour, c’est sûr ! Il y aura alors encore beaucoup à lire et à regarder sur le blog ! 😉

Laissez-moi un petit mot, un commentaire, vos questions...